Forum du S.P.Q.R.

Forum du S.P.Q.R. de ogame
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 De la vie et de la mort d'un roi.

Aller en bas 
AuteurMessage
Finwë

Finwë

Nombre de messages : 429
Age : 31
Localisation : Nice
Date d'inscription : 15/07/2006

De la vie et de la mort d'un roi. Empty
MessageSujet: De la vie et de la mort d'un roi.   De la vie et de la mort d'un roi. EmptyVen 19 Jan - 0:09

De la vie et de la mort d'un roi.

Je vais vous conter l’histoire
De Jathé le guerrier qui mourut à la guerre
Comme apprend son nom qui lui vint du caractère
Et qu’à la guerre on ne peut que choir.

Il naquis or des ténèbres et des affres des batailles
N’ayant comme bonheurs qu’amour et ripaille.
Il grandit dans la quiétude de voir sa maison remplie de vie,
Et dans l’inquiétude de voir un jour finir sa vie.

Mais autrement le sort en aura décidé
Sa quiétude devint sa douleur
Et son inquiétude sa première rancœur
De n’avoir put mourir comblé.

Car deux rois sur ce champ s’affrontèrent,
Simple confrontation pour simple cause pécuniaire,
Ils avaient décidé de mettre fin à leurs différents
En envoyant vingt-mille soldats sur ce champ.

Les catapultes tiraient,
Le village fut rasé.
Les cavaliers chargeaient,
Les villageois massacrés.

Seul, caché sous son lit,
Il vit les soldats tuer son père
Et violer sa mère,
La laissant parmi les flammes.

Seul il échappa au combat
Remontant la rivière, fuyant les soldats,
Il courut toute la nuit, arriva le matin,
Il vit une grange, s’effondra dans le foin.

Longtemps il resta évanoui,
Mais à l’orée de la nuit il se réveilla.
Lui revinrent peu à peu ses esprits,
Et il pleura…

Il hurla sa rage, son désespoir et son remord
Ses larmes se mêlaient aux cris
Il maudit les rois, les dieux et la vie
Tandis qu’en lui grandissaient la haine et la mort.

Il jura de n’avoir de répit
Tant que respiraient les meurtriers
Et l’espoir lui revint à l’idée de massacrer
Ceux qui allaient devenir ses ennemis.


______________________________


Ainsi changea son existence,
Mercenaire ou assassin, une vie d’errance,
Oeuvrant dans l’ombre des rois ennemis
Pour mieux les égorger dans leur lit.

Tôt fut arrivé l’instant de vengeance.
Victime, juge et bourreau
Il condamna en première instance
Et appliqua la sentence aussitôt.

«Pourquoi!?» dit le premier.
«Mon père et ma mère massacrés
Dans un village brûlé».
Et le couteau s’enfonça dans la trachée.

Deux rois s’étaient battus
Qui de sa main furent tués.
Deux royaumes s’étaient perdus,
Par sa main furent unifiés.

Délivré de sa vengeance,
Rassasié de sa violence,
Il voulut user de son titre acquis
Pour amener un rêve à la vie.

Nulle guerre ni conflit
En son royaume et ses frontières,
Nulle famine ni misère.
Hélas, une belle utopie.

Voisins frontaliers et ennemis séculiers
Virent là l’occasion inespérée
De compléter leur collection
De royaumes sous leur soumission.

Attaqué de toutes parts il dut faire front,
Famine et misère attendront.
Armés levés par les taxes financées,
Il riposta aux forces par l’épée.

Tôt fut fait de se débarrasser
De ses ennemis les plus acharnés
Tant était forte sa volonté
Et tant son peuple fut opprimé.


_____________________________


Passèrent sur les idéaux des années,
Soufflés par la folie guerrière
Et la vague de peur meurtrière
Du nommé: roi Jathé.

Nul recours n’était indigne
Si un pays il pouvait conquérir
Ou un roi voir périr
Pour le confort de Son Esprit Insigne.

Peuples révoltés?
Peuples massacrés.
Empereur désobligeant?
Il partira les deux pieds devant.

Fin stratège et bon économe,
Il limitait la perte de ses hommes,
Réglant nombre de désaccords
Avec un assassin lestement payé d’or.

Le roi lui-même récompensait
Les meurtriers les plus doués,
Ou qui, au vu des tâches confiées
Avaient rempli leur mission avec efficacité.

Quand un jour se présenta
Le dernier tueur du moment
Pour être récompensé du sang,
Ce que le roi lui accorda.

Mais, tournant le dos,
Il sentit une lame sur son cou.
Il se retourna et vit, comme fou,
L’assassin contre lui brandir un couteau.

«Pourquoi!?» dit Jathé.
«Mon père et ma mère massacrés
Dans un village brûlé».
Et le couteau s’enfonça dans la trachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-ordre.darkbb.com/
 
De la vie et de la mort d'un roi.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paroles d'un mort
» Bétail mort en 28mm
» [Blog] Un petit Loua mort !
» Nuit 2: Au revoir, au revoir compagnons ! Le médécin est mort !
» mort de martin freeman dans the hobbit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du S.P.Q.R. :: Ambassade culturelle :: Poèmes-
Sauter vers: